Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2012-11-28T08:00:00+01:00

PERCHLORATES : L'ASSOCIATION TERNOIS ENVIRONNEMENT NOUS EN DIT PLUS !

Publié par Nathalie DEKEN

 

 

 

 

 

CARTE DE CONCENTRATION DE PERCHLORATE DANS LA SOMME

Jacques René Jacob vice président le l'association Ternois Environnement m'a contacté dernièrement dans le but de nous apporter plus d'explications sur la présence importantes de perchlorates dans l'eau de notre village.

 

Après plusieurs parutions dans la presse, l'association  a écrit à Mr Le Préfet de la région Picardie.

En voici la publication, lisez là, elle apporte beaucoup d'éclairciement sur le sujet de la présence de perchlorate dans l'eau potable.

 

"

 

Denis  BRUNELET   Président de Ternois environnement 02

à  Monsieur   Jean – François  CORDET     Préfet de  la région PICARDIE


Objet : prechlorate en Picardie


Le  sujet cité en  objet  montre   les  remarquables  études  des  services de l’état  à Bordeaux ( 21  Juillet 2011 ) dans un  premier temps, puis  dans  la  région voisine  du NORD PAS de CALAIS  depuis 2012  mais  montre  surtout  une corrélation quasi certaine entre les  zones  de conflits intenses et  persistants de la première guerre mondialecanons-verdun-p.1292059245.jpg et  cette  constance de  pollution  rémanente ; on voit très bien par  exemple  dans  le 62  la ligne  «  Vimy – Bullecourt » qui fut pour les  ANZAC et  Canadiens des lieux de combats   maintenant  considérés  comme faisant partie de leurs  territoires nationaux tant  les  circonstances  furent tragiques et  poignantes et toujours demeurées  dans les mémoires locales françaises mais  aussi  étrangères.                                

Or la  PICARDIE  fut traversée  deux  fois par ce  conflit  en  14 puis  à  nouveau en 18 ( Première [ 09 // 1914 ]  et  deuxième bataille de la MARNE [mai-août 1918 ]  )  mais  aussi   plongée  de  1916   (  Bataille  de la SOMME  ) et  1917 (  Chemin des Dames ) dans la guerre de  positions ( tranchées ) ;sur une  ligne  générale de défenses multiples et  larges   aujourd’hui encore  dénommée  dans son ensemble ; ligne HINDENBURG .


Le tracé  de  cette ligne est en grande  partie  celui actuel de l’Autoroute A 26  de ARRAS  à  REIMS  avec  pour la PICARDIE un tracé  passant  au  Nord  de ROISEL , puis au Sud devant ST – QUENTIN // GAUCHY pour pénétrer par La FERE vers  COUCY et la  Forêt de SAINT – GOBAIN ; et  ensuite se diriger au Sud  de LAON  par  le Chemin des Dames  vers  Berry au bac  puis à la limite de la Marne et REIMS tout proche.                     

Il y a donc une  grande crainte de retrouver  des  analogies avec  les analyses  du Nord - Pas de Calais et  des taux  élevées  dans les  zones  de  combats  intenses : aeroplane-1915-B.jpgALBERT – PERONNE ; le saillant  de ST – QUENTIN – GAUCHY puis  la moyenne vallée  de l’OISE et la forêt de Saint – Gobain , enfin  le Chemin des Dames  jusque  à la limite  du département  avec la Marne ! En  effet  des  tirs d’artillerie , des dépôts de munitions ; tout  cela a été le quotidien  de  cette région de  1916  à 1918  et  sur  parfois exactement les mêmes  territoires …


En  complément on sait aussi  que  des  zones de l’arrière  ont eu à  souffrir de bombardements mais  surtout  d’explosions ou d’incendies  de  munitions comme  à SAIGNEVILLE ou LIERCOURT , deux  communes  de          l’ arrondissement de  ABBEVILLE ; dans  cette  zone  on peut  craindre une  migration des pollutions lors des épisodes  des récentes    inondations de la SOMME ( 2001 )  dues  en grande partie  à la remontée des nappes  , phénomènes  caractéristiques de  cette  vallée , en  particulier pour SAIGNEVILLE , dont le territoire est  fortement  impacté par  le PPRI ….  A  priori  de  1855  jusque  1987  dates  des  premières et  nouvelles  petites  crues  il n’ y aurait pas eu  de  phénomènes  de  ce type et  donc les  éventuelles pollutions de type perchlorate seraient  sans  doute  restées sur place ?


Enfin si elles  ont migré  , il faut s’en préoccuper  au  niveau  de la BAIE P1120719 , au  cas où elles se seraient  cumulées avec  celles  produites  de la fin de la deuxième  guerre   mondiale jusque  en 1997  date d’arrêt  des  explosions provoquées  par le  Service de déminage  dans  le  secteur  du CROTOY et de Saint – Quentin en Tourmont.

Peuvent – elles  affecter  des élevages ( ovins etc.. ) ou  des  produits de la pêche , il faut le savoir !

 



D’une  manière  générale et  pour l’ ensemble de la PICARDIE , il  serait  souhaitable ( l’ étude des Dpts 59 & 62  ne le précise pas ) que les  services  concernés puissent modéliser  les  usages  des  élevages  (  bovins  filière viande et  filière lait ) mais  aussi les usages  des industries agro-alimentaires utilisatrices  de l’eau potable ! A noter  que  on a réintroduit depuis quelques  années  une  irrigation intense de certaines  cultures ( Maïs , pommes de terres etc …  )

On sait depuis longtemps que  dans la  chaîne alimentaire , certaines plantes  ou certaines  espèces concentrent  plus  que  d’autres en particulier les pollutions et cet  aspect doit être  étudié et explicité . On ne doit pas oublier les cours d’eaux, on a malheureusement à  y  subir  d’autres  pollutions  dont  celle due au PCB qui n’est pas sans  inquiéter les  populations riveraines ou utilisatrices des  produits de la pêche (  cf. AP ) . En  conclusion sur ce point, on sait que l’animal ( bovins , poissons etc.. )  est  un excellent  indicateur si toutefois on le choisit et on traite ses analyses avec  un protocole type CEMAGREF … Et pas  avec  de vagues  mesures  dont on ne connaît pas  bien les différents  paramètres … comme on le  voit encore  trop souvent !!!

 

……………

En  ce qui  concerne la seconde guerre mondiale , et  ses  combats  de 1940 , ses  bombardements et  enfin les rapides  opérations militaires de la libération en PICARDIE , on ne peut  exclure de vérifier  quelques points clés .

D’abord les  communes  bombardées  et re -  bombardées  , les plus  touchées  , les communes cheminotes comme  TERGNIER et HIRSON 02  mais  aussi  d’autres plus modestes comme Longpré les corps saints 80  etc… commune située le long de la  ligne PARIS CALAIS  …..

Une  autre  donnée  est  celle des bases  de V 1  …

 


On a compté 350 rampes environ. Le département de la Somme a vu l’édification de 71 sites de lancement de V 1. Certains n’ont jamais fonctionné, abandonnés au profit de rampes plus légères, moins faciles à repérer, dites «sites modifiés».

 

 

Or  on sait  que  beaucoup de  ces  «  fusées »  ne  quittaient pas  le site , explosaient ou s’écrasaient en bout de rampe , d’autres  s’écrasaient  dans la vallée  … Et peu  arrivaient au dessus de la Grande Bretagne ; on peut donc  penser  à une pollution  de ces zones  de  site dont un des exemples  le plus proche de AMIENS est  celui de La Chaussée -  Tirancourt   !!  (  CF. Assez proche de  SAMARA ) ; de plus les produits étaient  stockés  sur place avant remplissage ( CF. SURCAMPS  80  dans le canton de DOMART EN PONTHIEU.) .

En  terme  de  réglementation, on a à  revoir et  recadrer   complètement le risque  munition ; en  effet par  exemple dans l’AISNE  , ce risque n’est pas vraiment  acté ni  officialisé dans les  communes , parfois des recommandations  accompagnent le DICRIM, mais  cela n’est pas  structuré  au  niveau départemental, là aussi  nous avons interrogé le SIRACEDPC ( mi 2012 ) mais aucune réponse n’ a été reçue à ce jour …   Il est  URGENT  de procéder  à  une mise au point incluant maintenant cette  affaire  de perchlorate d’ammonium , en effet la génération des agriculteurs ayant la mémoire du terroir va disparaître, les  exploitations sont regroupées  et  il faut donc  que les  communes  disposent  de données d’alerte en  fonction du  risque potentiel de la zone  , il y a assez de retour d’expérience , mais encore faut il s’en occuper ! (  Un  secrétariat  de mairie de commune sur  la ligne  HINDENBURG interrogé  déclare demander souvent le  concours des démineurs  mais questionné  dit aussi  ne pas noter ces interventions ; donc il n’ y a  aucune  main courante dans les mairies ??? Ceci  confirme assez bien la pauvreté des  données  administratives  et la  détresse  de leur  exploitation  ) Enfin on doit renouveler très activement les  consignes  et  également  interdire  très strictement aux entreprises , administrations centrales et de collectivités donc aussi aux  employés  communaux  de  brûler  des  déchets  fussent ils dit verts !!                     ………..                                                                                                                      En  effet ces  brûlots peuvent  renfermer des munitions et les  conséquences  sont  évidentes,   ………..

Nous  attendons  donc de  vos services  que  une  évaluation pour le perchlorate  parfaitement identique à celle  du NORD PAS DE CALAIS soit  faite  commune par  commune avec  la plus  grande transparence , il se peut que  des taux  élevés  soient  détectés  dans  des zones  ayant été le théâtre de combats intenses et  continus , vous comprendrez  que  l’ importance  de  ces  contrôles doit  aussi  réveiller certaines  consciences , il y a  encore énormément  de sites  de  réseau  AEP  ( captage et  châteaux d’eau ) du 02  qui ne sont pas  clôturés et  qui n’ont aucun système de détection …( Si  possible demander aux  communes  d’actualiser et de  recenser            [ par arrêté ] les captages  privés … )  Une  efficace revue et une  remise à niveau sera  une excellente  opération dont  nous espérons que vous prendrez  personnellement  la direction afin de  dissuader certains de  faire des impasses  préjudiciables  aux populations


Dans l’ attente , nous  vous  prions  de  recevoir , Monsieur le Préfet   , avec  nos  remerciements  pour la prise en compte de nos requêtes ,  l’expression  de  nos  sentiments  respectueux et dévoués .

Denis  BRUNELET             

             

Président                                                                                      

Pour Ternois - environnement association 02 "

 

 


Merci à Jacques René Jacob de nous tenir au courant des suites apportées par la préfecture Picarde !

 

En ce qui concerne la santé :

 

"Le ministère chargé de la Santé préconise en effet de ne pas consommer l’eau du robinet si la teneur en perchlorates dépasse 15 microgrammes par litre pour l’ensemble de la population, hormis pour les nourrissons de moins de six mois. Pour ces derniers, il est conseillé de ne pas utiliser une eau présentant une teneur en perchlorates supérieure à 4 microgrammes par litre pour la préparation des biberons.

L'ion perchlorate est toxique. Il l'est notamment pour la glande thyroïde, en tant que perturbateur endocrinien de l'axe hypothalamo-hypophyso-thyroïdien) chez l'animal et chez l'homme. Il est commercialisé et utilisé à grande échelle depuis les années 1940 (propulsif solide pour les militaires, munitions, production de peinture, traitement du minerai d’aluminium, engrais azoté, airbags, traitement des cuirs, la liste est longue...). Il convient de souligner que les perchlorates ne s’accumulent pas dans l’organisme humain et que leurs effets sont réversibles chez l’adulte et l’enfant selon l'ARS. "

 

Mais l'avis des associations des maladies thyroïdiennes pourrait être interessant !

A suivre...

 


Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog